L’Hypersensibilité

L’Hypersensibilité

L’Hypersensibilité

Le saviez – vous ?

20% de la population sont considérés comme hypersensibles.

Pour un hypersensible, le corps, les sens, les processus cognitifs sont en « ébullition » lors du traitement de l’information externe et interne.

L’hypersensibilité peut être émotionnelle mais aussi physiologique. L’environnement peut devenir source de souffrances physiques, particulièrement avec l’avènement et la progression des technologies qui infligent de plus en plus d’ondes.

L’hypersensibilité, c’est quoi ?

La personne qui se vit hypersensible a trois moyens de l’exprimer.

Le corps : Un peu à l’image d’un canari, la personne hypersensible peut se sentir plus que la moyenne « attaquée » par son environnement. Ainsi, le bruit, les ondes, les odeurs sont des vécues comme des agressions, impliquant parfois un besoin de se retirer de la société urbaine.

Les émotions : L’hypersensibilité émotionnelle peut se définir comme « la grande profondeur et l’intensité de la vie émotionnelle exprimée au travers d’une vaste gamme de sentiments, de ressentis, d’attachements, de compassion, d’un sens élevé de la responsabilité et d’une autocritique scrupuleuse » (définition M. Piechowski). Les personnes hypersensibles sont en recherche constante de sens, de construction d’un ensemble parlant pour réduire l’implicite qui est très présent dans leur quotidien.

Le cognitif : Parmi ce que l’on appelle les « zèbres » (nom donné aux hauts potentiels -autrefois nommés surdoués- qui présentent à la fois un quotient intellectuel et un quotient émotionnel plus élevés que la moyenne), l’hypersensibilité peut varier d’un degré qui va de 1 à 5. Ces zèbres, hors du cadre de la pensée rationnelle, ont un fonctionnement cognitif différent. Le zèbre, tout en opérant un traitement de l’information rapide, innovant et associatif (en mode « google »), présente « une sensibilité, une émotivité, une réceptivité affective, une clairvoyance dont l’ampleur et l’intensité envahissent le champ de la pensée » (Suivezlezèbre.com).

Comment accompagner une personne hypersensible ?

Les personnes qui souhaitent entreprendre une thérapie souhaitent généralement se débarrasser de leur hypersensibilité. Parce qu’il peut y avoir souffrance physique, sociale, affective. Ou parce-que, souvent, elles ont entendu qu’elles étaient « trop », « trop » sensibles, « trop » émotives, « trop » ceci ou cela.

L’hypersensibilité ne se décrète pas, pas plus qu’elle ne disparaît à la demande. L’accompagnement consiste alors à faire de cette hypersensibilité une force, qui demande à être connue et apprivoisée, plutôt qu’un défaut dont il est nécessaire de se débarrasser.

Quelques axes de travail :

Aider à la solidification des bases, de l’identité, en particulier pour les enfants. La personne qui vient consulter pour son hypersensibilité est aussi beaucoup d’autres choses.

Prendre appui sur les avantages de l’hypersensibilité (qualités relationnelles, sociales, interpersonnelles,…)

Soutenir le travail d’étayage de l’estime et de la confiance en soi, par le travail, notamment, d’objectifs réalistes.

Le travail en thérapie, coaching et énergétique est adapté à ces axes de travail et peut être complété par d’autres actions thérapeutiques (diététique, aromathérapie,…).